ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Obésité

1951-5995
Revue francophone pour l'étude de l'obésité
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2006 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 10/3 - 2015  - pp.213-219  - doi:10.1007/s11690-015-0477-6
TITRE
Apnées obstructives du sommeil et complications cardiovasculaires

TITLE
Obstructive sleep apnea and cardiovascular complications

RÉSUMÉ

Le syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS) est une pathologie fréquente, affectant environ 10 % de la population générale, surtout les hommes en surpoids. Il est à l’origine de plusieurs stimuli, dont une hypoxie intermittente, qui vont activer ou modifier tout une série de mécanismes physiopathologiques. Parmi ceux-ci, le rôle le plus important est tenu par l’hyperactivité sympathique.

Un lien étroit existe entre SAOS et hypertension artérielle (HTA). Ainsi, un tiers des sujets hypertendus sont apnéiques. Leur HTA a alors plus volontiers certaines caractéristiques : prédominance nocturne et diastolique, profil non dipper fréquent ou encore résistance plus importante au traitement. Le SAOS favorise également le développement d’une coronaropathie, et ce indépendamment des facteurs de risque habituels souvent présents chez le patient apnéique. Obésité, diabète, HTA et coronaropathie, quatre situations favorisées par le SAOS, peuvent être à l’origine d’une dysfonction ventriculaire gauche, tant systolique que diastolique. Une telle dysfonction est souvent présente chez le patient apnéique et devrait être recherchée de façon systématique. Elle peut également être engendrée par un trouble du rythme supraventriculaire. En effet, le SAOS favorise les arythmies ventriculaires mais aussi auriculaires, en particulier la fibrillation atriale. Celle-ci est plus volontiers nocturne et est moins sensible aux différents traitements. Les troubles de la conduction cardiaque sont également plus fréquents chez le patient apnéique. Comme les troubles du rythme, ils prédominent la nuit. La maladie cérébrovasculaire voit sa prévalence augmentée en présence d’un SAOS, l’existence d’apnées centrales étant par ailleurs fréquente après un accident vasculaire cérébral. Une relation plus récemment mise en évidence est celle liant SAOS et pathologie aortique, anévrismale ou disséquante, au niveau thoracique ou abdominal. Elle s’explique en partie par les importantes variations de pression intrathoracique lors des apnées.

La pression positive continue nocturne, traitement de référence du SAOS, semble bénéfique sur le plan cardiovasculaire. Elle diminue la pression artérielle, certes de façon modérée, et abaisse la morbi-mortalité cardiovasculaire en général. Cela n’est le cas que si son observance est d’au moins quatre heures par nuit. Doivent s’y associer des règles hygiéno-diététiques, dont la perte de poids si justifiée.



ABSTRACT

Obstructive sleep apnea (OSA) is a common disease, affecting about 10% of the general population, above all overweight men. It leads to several stimuli, among which intermittent hypoxia, that activate or modify a lot of pathophysiological mechanisms. The most important role is taken by high sympathetic activity.

A close link exists between OSA and hypertension. Thus, one third of hypertensive subjects are apneic. Their hypertension then has more often some characteristics: predominantly diastolic and nocturnal, non dipper profil, as well a frequent resistance to treatment. OSA also favours the development of coronary artery disease, thus independently to usual cardiovascular risk factors that are often present in apneic patients. Obesity, diabetes, hypertension and coronary artery disease, four situations favoured by OSA, can lead to a left ventricular dysfunction, both systolic and diastolic. Such a dysfunction often occurs in apneic patient and should be systematically detect. It can also be the consequence of supraventricular arrhythmia. Indeed, OSA favours ventricular but also atrial arrhythmias, particularly atrial fibrillation. This last occurs more often during the night and is less sensitive to treatment. Conduction disorders are also more prevalent in apneic patients. As arrhythmias, they predominantly occur during the night. Cerebrovascular disease has an increased prevalence in case of OSA, presence of central apneas otherwise being frequent after a stroke. A more recent demonstrated relationship is this one linking OSA and aortic disease, aneurysmal or dissecting, at the thoracic or abdominal level. It can in part be explained by the important variations of intrathoracic pressure occuring during apneas.

Continuous positive airway pressure, the reference treatment of OSA, seems to be beneficial on a cardiovascular point of view. Indeed, it decreases blood pressure, of a moderate way, and more generally cardiovascular morbi-mortality. This is true only if adherence to treatment is higher than four hours per night. Must be associated lifestyle changes, among which weight loss if applicable.



AUTEUR(S)
J.-P. BAGUET

MOTS-CLÉS
Apnées du sommeil, Cardiovasculaire, Hypertension artérielle, Hyperactivité sympathique, Morbi-mortalité

KEYWORDS
Sleep apnea, Cardiovascular, Hypertension, High sympathetic activity, Morbi-mortality

BIBLIOGRAPHIE
archives.obe.revuesonline.com/revues/58/10.1007/s11690-015-0477-6.html

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (991 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier