ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Obésité

1951-5995
Revue francophone pour l'étude de l'obésité
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2006 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 2/1 - 2007  - pp.95-106  - doi:10.1007/s11690-007-0037-9
TITRE
Prise en charge chez l’adulte en France

TITLE
Adult obesity treatment in France

RÉSUMÉ

La vision exagérément pessimiste du traitement de l’obésité de l’adulte, répandue dans le monde médical, ne se justifie plus. Les échecs relèvent souvent de prescriptions inappropriées ou de l’inadaptation du système de santé. La première nécessité est d’être clair sur les objectifs qui sont classés par l’OMS selon un ordre d’importance croissante: la perte de poids, le traitement des comorbidités, la stabilisation pondérale, la prévention de la prise de poids. La reprise pondérale est l’évolution naturelle car il existe de nombreux facteurs de résistance à l’amaigrissement, qu’ils soient physiologiques, psychologiques ou comportementaux.

Les stratégies thérapeutiques se doivent d’être multiples et personnalisées et tenir compte qu’il s’agit d’une maladie chronique et évolutive, d’une grande hétérogénéité clinique et physiopathologique. Les modifications thérapeutiques du mode de vie (on ne devrait plus parler de règles hygiéno-diététiques) concernent les conduites alimentaires, l’activité physique quotidienne et plus globalement le comportement individuel et social. Le suivi et l’accompagnement des sujets paraissent tout aussi importants que le choix des mesures. Les médicaments de l’obésité sont principalement utiles pour maintenir une perte de poids raisonnable (5 à 8 % avec un recul de 1 à 4 ans), après la phase d’amaigrissement initial. Ils ont aussi des effets favorables sur la qualité de vie et les comorbidités. La chirurgie bariatrique est un « bon » traitement de l’obésité massive ou compliquée (efficace mais palliatif et invasif) sous deux réserves: que l’équipe médico-chirurgicale soit expérimentée et qu’un suivi nutritionnel soit réellement possible, à vie. Le système de soins français reste globalement peu adapté, par manque de structures et de médecins formés à la médecine de l’obésité et à l’éducation thérapeutique. Il est nécessaire de valoriser les actes de prévention et d’éducation. La place des diététiciens est manifestement insuffisante, comme l’est également celle des infirmiers, des psychologues, des kinésithérapeutes et des éducateurs sportifs. Les réseaux de soin permettent d’élargir l’offre de soin. La création de centres de référence devrait se poursuivre. L’accès aux soins est souvent problématique, faute de moyens humains et matériels spécifiques, adaptés à la corpulence des personnes obèses mais aussi pour des raisons socio-économiques. L’obésité est devenue une maladie sociale qui affecte plus durement les personnes en situation de précarité.



ABSTRACT

The widespread, overly pessimistic view of adult obesity treatment in the medical community is no longer justified. Treatment failure often results from inappropriate recommendations or inadequacies within the healthcare system. What is primary is clarity about the WHO objectives, which are, in order of increasing importance: weight loss, treatment of comorbidities, weight stabilisation and prevention of weight gain. Weight regain is natural because of the numerous mechanisms that prevent weight loss-some physiological, some psychological and some behavioural.

Therapeutic strategies must be multifaceted and personalized, taking into account that obesity is a chronic and progressive condition with little clinical or pathophysiological uniformity. Therapeutic changes in lifestyle (we should no longer speak of balanced diets) include eating behaviour, daily exercise and, on a more global scale, personal and social behaviour. Supporting and monitoring these patients is as important as choosing which measures to take. Obesity medications are primarily useful in maintaining reasonable weight loss (5% to 8% after one to four years) following the initial phase of weight loss. They also impact favourably on quality of life and comorbidities. Bariatric surgery is an effective way to treat morbid and complex obesity, although it is invasive and only palliative. In addition, it involves two constraints: the medical and surgical team must be highly experienced and nutritional monitoring must be possible for life. The French health care system lacks the infrastructure and physicians trained in obesity therapy and treatment education, and it remains poorly equipped to tackle the problem. Initiatives aimed at prevention and education must be promoted. The role played by dieticians is clearly inadequate, as is that of nurses, psychologists, physiotherapists and sports instructors. Healthcare networks make it possible to expand the availability of services. There is also a need for referral centres. In addition to socioeconomic factors, access to care is often problematic because of inadequate human and material resources tailored to treat obesity. Obesity has become a social illness, and those with the least resources are affected most severely.



AUTEUR(S)


MOTS-CLÉS
Obésité, Traitement, Éducation thérapeutique, Système de santé

KEYWORDS
Obesity, Treatment, Treatment education, Healthcare system

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (166 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier