ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Obésité

1951-5995
Revue francophone pour l'étude de l'obésité
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2006 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 2/1 - 2007  - pp.122-132  - doi:10.1007/s11690-007-0043-y
TITRE
Mise en place de politiques nationales de prévention de l’obésité: une perspective internationale

TITLE
Developing national obesity prevention policies: an international perspective

RÉSUMÉ

Ce n’est que très récemment que les gouvernements ont commencé à reconnaître la nécessité de mettre en place des stratégies de prévention nationales. Il est donc trop tôt pour évaluer les effets positifs ou négatifs de ces programmes nationaux. Pendant des décennies, on a supposé que la prise de conscience et les efforts individuels suffiraient à prévenir une chose aussi simple que la prise de poids. Mais ces conseils se sont accompagnés d’une augmentation constante du taux d’obésité. Des études très sérieuses ont montré récemment que les conseils personnalisés visant à réduire la prise de poids et à augmenter la pratique d’activités physiques pour éviter la prise de poids sont voués à l’échec. L’épidémie en constante évolution reflète la présence d’un « environnement toxique » dans lequel l’activité physique n’a presque plus lieu d’être du fait de l’automobile, la mécanisation professionnelle et domestique, la télévision, les ordinateurs, etc. Il est désormais très difficile d’envisager les activités de loisirs comme une stratégie de régulation de la prise de poids et de prévention des conséquences médicales très coûteuses liées à l’obésité.

De nouvelles politiques doivent être mises en place par des responsables indépendants de l’industrie agroalimentaire. Car de nombreuses industries contribuent à l’épidémie actuelle. Il est désormais prouvé que les messages de prévention sur les emballages alimentaires sont très efficaces et incitent les consommateurs à sélectionner des produits plus sains; néanmoins, l’évolution des habitudes de consommation dépend principalement des politiques industrielles et gouvernementales. Nous devons également faire face aux distorsions causées par la Politique Agricole Commune qui a privilégié la réduction du prix de la viande, des matières grasses, du beurre et du sucre au détriment des fruits et légumes. Il est urgent de mettre en place des mesures visant à modifier les prix, la disponibilité et la commercialisation des aliments. Des mesures draconiennes sont également nécessaires pour protéger les enfants et les aider dans leur discernement face aux messages commerciaux trompeurs des entreprises agroalimentaires.



ABSTRACT

It is only recently that governments have come to recognise that national prevention strategies are needed so it is unreasonable to demand evidence of successful and unsuccessful national programmes. For decades the assumption has been that individual concern and effort should be sufficient to prevent something as simple as weight gain but in practice this advice for decades has been accompanied by an unrelenting rise in obesity rates. Recent rigorous analyses show that individualised advice to reduce intake and take more exercise is an exceptionally poor way of ensuring that a population does not gain weight. The unrelenting epidemic reflects the presence of a “toxic environment” where the need for physical activity has almost been eliminated by cars, mechanical aids at work and in the home, TV and computers etc. It is now very difficult to consider leisure time activity as a population strategy for improving weight gain and preventing the exceptionally expensive medical consequences of obesity. New policies are needed from policy makers independent of industrial interests, many of which have contributed to the current epidemic. Food labelling with traffic light systems is now shown to be highly effective and helps consumers to eat more healthily but the principal ways of changing food patterns depend on governmental and industrial action. We also have to overcome the distortions of the market place induced by the Common Agriculture Policy which has favoured meat, fat, butter and sugar price reduction to the detriment of fruit and vegetables. Approaches to altering the price, availability and the marketing of foods is urgently needed with tough measures to prevent children being commercialised and confused by the marketing of very inappropriate food and drinks.



AUTEUR(S)
W. PHILIP, T JAMES

MOTS-CLÉS
Obésité, Prévention, Politique économique, Politique gouvernementale, Politique agricole

KEYWORDS
Obesity, Prevention, Economic policy, Government policy, Agriculture policy

LANGUE DE L'ARTICLE
Anglais

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (246 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier