ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Obésité

1951-5995
Revue francophone pour l'étude de l'obésité
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2006 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 8/1 - 2013  - pp.22-33  - doi:10.1007/s11690-013-0357-x
TITRE
Génétique des obésités humaines

TITLE
Genetics of the human obesities

RÉSUMÉ

Des études de corrélations familiales ont montré un haut degré d’héritabilité pour l’obésité. En général, l’obésité est le résultat d’interactions complexes entre la génétique et l’environnement. Néanmoins, l’étude des obésités monogéniques a considérablement amélioré nos connaissances sur la régulation de la balance énergétique et du comportement alimentaire. Dans les études les plus récentes, des centaines de milliers de marqueurs génétiques situés dans le génome entier ont été testés dans des grandes populations de sujets présentant des degrés divers de corpulence. Ces études ont fait ressortir certains gènes candidat qui avaient déjà été impliqués dans l’obésité, mais aussi des nouveaux gènes dont le rôle reste encore à définir. Les risques relatifs conférés aux variants individuels ont une valeur prédictive faible. On doit considérer les combinaisons d’allèles de susceptibilité aussi bien que les interactions des gènes avec l’environnement. Les interactions entre la variation génétique et les mécanismes épigénétiques, de même que l’impact de la microflore intestinale, jouent probablement un rôle dans la physiopathologie de l’obésité. Les études génétiques ont révélé des voies physiologiques et métaboliques inconnues, et ont aussi paradoxalement démontré l’importance des influences environnementales dans la susceptibilité à l’obésité.



ABSTRACT

Familial correlations studies have shown a high degree of heritability of obesity. In general, obesity is the result of complex interactions between genetics and environment. Nevertheless, the study of the monogenic obesities has provided a large part of knowledge concerning the regulation of energy balance and feeding behavior. In the most recent studies, hundreds of thousands genetic markers located in the whole genome have been tested in large populations of unrelated subjects with various degrees of corpulence. Such studies evidenced a few already known candidate genes but also novel genes of which role has yet to be defined. The relative risks conferred by the individual variants have a very poor predictive value. The combinations of alleles at risk (genetic scores) as well as the interactions gene-environment must be considered. Interactions between the genetic variation and epigenetic mechanisms as well as the gut microbiota likely play a role in the susceptibility to obesity. Genetic studies have revealed unknown pathways and also have paradoxically demonstrated the importance of the environmental influences in the susceptibility to obesity.



AUTEUR(S)
F. FUMERON

MOTS-CLÉS
Obésité, Génétique, Épigénétique, Environnement, Polymorphismes, Monogénique, Polygénique

KEYWORDS
Obesity, Genetic, Epigenetic, Environment, Polymorphisms, Monogenic, Polygenic

LANGUE DE L'ARTICLE
Anglais

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (171 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier