ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Obésité

1951-5995
Revue francophone pour l'étude de l'obésité
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2006 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 9/2 - 2014  - pp.163-170  - doi:10.1007/s11690-013-0413-6
TITRE
Ces obèses qui ne mangent pas

TITLE
Obese patients “who swear not eating”

RÉSUMÉ

L’évaluation du patient obèse est un temps décisif dont l’enjeu est d’établir une solide alliance thérapeutique. Le poids n’étant qu’un symptôme, le temps d’évaluation doit, entre autre, comprendre les causes de la prise de poids et les mécanismes qui pérennisent l’excès de poids. Très souvent, l’évaluation conclut à une discordance entre ingesta et niveau d’excès de poids. Ce phénomène de sous-estimation, décrit il y a une trentaine d’années, est lié à la restriction cognitive des sujets. Cependant, les raisons qui « poussent » le patient obèse « évalué » à ne pas rapporter l’intégralité de ses apports alimentaires apparaissent plus complexes. Les référentiels, les normes et les codes de bonnes pratiques alimentaires semblent verrouiller les représentations du sujet et conditionnent son discours. La culpabilité biaise également l’évaluation en mettant le patient dans une situation inconfortable. Mais surtout, les troubles du comportement alimentaires responsables de la prise de poids, sont aujourd’hui trop méconnus pour être recherchés avec objectivité. Comprendre l’ensemble de ces mécanismes permettrait probablement de faciliter l’établissement d’une bonne alliance thérapeutique et d’améliorer la prise en charge de cette pathologie.



ABSTRACT

The obese patient’s evaluation is a key time during which the challenge is to establish a strong therapeutic alliance. Weight is only a symptom and so, the evaluation time should be allowed, among other things, to understand the reasons of weight gain and the mechanisms that maintain the excess weight. Frequently, the excess weight seems not to be related to food intake. This phenomenon, described first 30 years ago as under-reporting, is strongly linked to dietary restraint. Nevertheless, causes of under-reporting seem to be more complex than it appears. Standards, norms, dietary prescriptions turn obese patient’s purpose towards it would be good to report. Guilty also distorts the evaluation putting the patient in an uncomfortable situation. But, according to us, the main reason of under-reporting would be due to a misunderstanding of eating disorders causing weight gain. It’s time to question the reasons that lead obese patients not to report all their food intake.



AUTEUR(S)
S. ANDRIEUX, B. GAUDRAT, F. MARIAU, E. MULLIEZ

MOTS-CLÉS
Obésité, Sous-estimation, Apports alimentaires, Troubles du comportement alimentaire, Stigmatisation

KEYWORDS
Obesity, Under-reporting, Food intake, Eating disorders, Stigmatization

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (151 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier